Retour aux dédicaces

Véronique FLABAT-PIOT

Si vous mentionnez le nom de Véronique FLABAT-PIOT, dans les milieux poétiques français, un hochement de tête vous signifiera à la fois l’entendement et le respect (ou la jalousie, ce qui peut être synonyme !). De fait, c’est dès le début des années 2000, que Véronique troque l’habit de « lauréat » pour celui de « juré », dans l’Hexagone et à l’International, mais elle préside aussi, de 2008 à 2014, à la destinée des prix de poésie accordés par la Société des Poètes & Artistes de France, dont elle assure aussi, jusqu’en 2014, la Vice-Présidence. Après une année sabbatique, elle accepte, en 2015, la responsabilité de la gestion des Prix de Poésie de la Société des Poètes Français (S.P.F.), fondée à Paris en 1902 pour commémorer le centenaire de la naissance du grand Victor Hugo. Aujourd’hui, Véronique en assure aussi la Vice-Présidence, conjointement avec Michel Bénard, artiste peintre et poète libéré prisé, qui signe ici la préface du présent ouvrage.
On ne compte plus les actions, au service de la Poésie et des Lettres, menées par Véronique FLABAT-PIOT : création, en 1998, du salon littéraire « La Plume Vagabonde », ateliers de poésie, conseils prosodiques, émissions radiophoniques… Toutes raisons pour recevoir, au travers de la France, des distinctions honorifiques reconnues, dont celle qui l’a sans doute le plus émue : la remise, en 2011, au nom du Ministre de la Culture et de la Communication de la République Française, des insignes de Chevalier dans l’Ordre des Arts et des Lettres, « pour son action en faveur de la culture et de la langue françaises ».
Aujourd’hui, le nom de Véronique FLABAT-PIOT résonne comme une référence au sein du monde poétique contemporain, surtout au niveau de la poésie classique. C’est dire que la publication du présent opus, « Le Chemin qui mène à soi », va surprendre plus d’un lecteur ! En effet, notre poète s’est lancé le défit de publier un recueil entièrement rédigé… en poésie libérée, cette poésie sans rime – et, apparemment, sans règles – dite « contemporaine » ! Les seules rimes présentes dans ce recueil… sont celles des « grands » poètes, cités en début de chapitres et qui sont , depuis toujours, les maîtres… et les compagnons de veillée de Véronique ! A-t-elle pour autant décidé de tirer un trait sur l’écriture classique ? Bien sûr que non ! Elle a simplement voulu prouver que, pour exprimer exactement ce que l’on veut, la Poésie revêt des habits divers et que toute forme d’écriture poétique est bonne et belle, tant qu’elle garde tout son sens et demeure partage…
En observant la nature, les gens et les choses qui l’entourent, mais aussi les événements qui jonchent l’existence, Véronique réfléchit, songe et médite… En marchant vers l’autre, à qui elle tend résolument la main, elle se découvre elle-même, tant dans son humanité que dans sa spiritualité. Et, en nous faisant part, en mots forts, au rythme du phrasé, de sa propre expérience, elle emmène chacun de nous sur « le chemin qui mène à soi »…

  • Exhibitor : Dricot (Éditions)
  • Spécialités : Poésie